visiteur(s) depuis le 02/02/2001

                                                                       le Groupe de Défense de la Saison 5

          

                                

The End/La Fin 5X20

 

Première diffusion américaine : 17/05/98

La protection d'un jeune prodige des échecs, qui semble lire dans les pensées, pourait mener Mulder et Scully à découvrir les clés des mystères de tous les X-Files. Mais le Syndicat cherche à le récupérer, afin de d'exécuter facilement leur projet de domination du monde, et de destruction des affaires non classées. 

Première diffusion française : 12/11/98

Montage : Heather MacDougall
Scénario : Chris Carter 
Réalisation : R.W. Goodwin

  

 

"L'Homme à la cigarette - Vous semblez étonné ? Parce que je suis là ou parce que je suis vivant ?

Le Doyen - Quand nous avons appris ce qui était arrivé, nous avons craint le pire. 

Le deuxième ancien - Il nous a été rapporté que vous aviez perdu trop de sang pour pouvoir survivre. 

L'Homme à la cigarette - Il est clair que vous m'avez sous-estimé. Et plus clair  encore que vous avez surestimé l'homme que vous avez chargé de cette tâche."

<<<<<>>>>>

"Skinner - D'accord, ce gamin est une curiosité, mais en quoi cela explique que quelqu'un ait voulu le tuer.

Mulder - C'est qu'il est eut-être la clé, non seulement de tout le potentiel humain, mais de tous les mystères encore inexpliqués des phénomènes paranormaux. C'est à dire la clé de toutes les affaires non classées.

Spender - Si je comprend bien, vous voulez nous faire croire que ce gamin a failli être tué à cause des affaires non classées ?

Mulder - Non, c'est pire que ça."



 

L'avis des membres :

Theophile (paXitO) : Un cliffhanger qui surprend surtout par la puissance de ses personnages. Comme dans une pièce de théâtre, ils semblent les seuls détenteurs d'une intrigue qui ne s'essouffle à aucun moment. A commencer par l'introduction du personnage fascinant de Gibson Praise, un des rares enfants à avoir une part primordiale dans la mythologie. Il nous apparaît comme un petit génie humainement intelligent, fin et subtilement joué, ce qui est exceptionnel tout de même. Si Fowley et son rôle d'"ex" de Mulder fut très controversé et peu apprécié, on ne peut nier qu'elle apporte une constance à l'intérêt de Scully dans cette affaire, et un passé à Mulder qui apparaît décidément comme un thème récurent de cette saison. Spender passe du transparent à l'exaspérant, et on se demande ce qu'on préfère, jusqu'à sa confrontation avec l'Homme à la cigarette qui laisse penser à une alliance démoniaque mais peut-être productive. Son acteur reste impeccable. Et enfin, l'Homme à la cigarette justement, qui fait son retour en force parmi ses pairs, tout en maintenant des intérêts qu'on commence à entrevoir : un père. 

On ressent quand même une vive émotion quand on se dit que cet épisode marque la fin de l'ère Vancouver. Cette magnifique scène d'ouverture en témoigne. Le jeu de Gillian Anderson en est presque exagéré. La réalisation fait la part belle au final.

Enfin, ajoutons que la fin, la fermeture des X-Files et tout ce qu'elle engendre nous fait justement remettre en cause tout ce que nous avons vécu durant cette ère Vancouver. La symbolique de cette idée se concrétise enfin par la destruction du bureau de Mulder, qu'on ne peut voir sans une petite larme à l'oeil. 

La fin, cet épisode la marque mais sans réelle rupture. Une fin douce mais aussi ouverte que tous les épisodes de la série.

 

 

Lara :   La fin de quoi ?? 
Peut-être la fin de l'officiel bureau des dossiers non classés ou tout au moins de la manière dont il existait. Dorénavant, le bureau et le consortium (mais ou commence l'un et ou s'arrête l'autre ?) y ont placé des hommes à eux, Mulder et Scully devenant trop curieux, trop incontrôlables. 
C'est la fin des illusions aussi. L'illusion que le mal et le bien se trouve face à face et non pas inextricablement liés. Il ne suffit pas de savoir, il ne suffit pas de dire. Mulder le sait depuis Redux, le pouvoir en place est trop organisé, lui et Scully sont manipulés depuis le début. Que reste-t-il qui ne soit pas immédiatement contrôlé, filtré, puis redistribué selon leur règles ?
Dans patient x, entre en scène Gibson Praise. Un petit garçon qui en est tout juste un. Est-il la réussite au même titre que Emily fut un échec ? Découle-t-il des mêmes expériences ? Sûrement. Quoi qu'il en soit, sa particularité en fait un élément terriblement délicat à contrôler. 
Deuxième entrée en scène d'un personnage pour le moins ambiguë, Diana Fowley. Elle représente le passé de Mulder, la tentation, l'air de repos, la récompense (?) scully ressent le danger comme elle ne l'avait encore jamais fait. La jalousie qui émane d'elle est quasi palpable.
Que représente Diana Fowley (en occultant ce qu'on sera d'elle par la suite).
Elle est belle, intelligent, ambitieuse (et elle a un i de plus à son prénom que Dana ?!?)
Les regards qu'elle échange avec Mulder sont sans équivoque. Il y a quelque chose entre eux, quelque chose contre lequel Scully ne peut pas lutter. D'ailleurs, elle le sait et elle le dit à Diana : « il va falloir que je m'éloigne un moment ».
D'où nous vient cette méfiance immédiate envers Diana (enfin là je parle pour moi, vous je ne sais pas) ? Est-ce juste par empathie avec Scully ou est-ce notre instinct qui nous avertit du danger potentiel qu'elle représente pour Mulder ?
Il est à noter que Gibson tisse des liens avec Scully et non avec Fowley. Il est tout de même la référence lorsqu'il s'agit d'instinct.
Parlons aussi de Spender. On ne peut pas dire qu'il se présente sous son meilleur jour. Deux qualificatifs me viennent à l'esprit. Ambitieux mais lâche. Il grogne mais se tait vite lorsqu'un autre prend la parole. Il est assez surprenant d'entendre CSM lui avouer qu'il est fier de lui. Est-ce pour mieux se le mettre dans la poche ou alors l'amour paternel rend aveugle ?
Voilà, à la fin, CSM brûle le bureau de Mulder, ce qui n'est après tout qu'un symbole. Mulder est terrassé, Scully le console, mais il ne le voit même pas. Un p'tit peu égoïste notre Mulder car après tout, Scully a de quoi avoir le bourdon elle aussi, non ?

 

************************************************************************************

Vous êtes membre du groupe et vous voulez que votre avis sur cet épisode soit publié ici ? Ecrivez-moi en vous identifiant (numéro de membre) et en m'indiquant donc votre avis.  

 

 

Pour m'écrire, mettez un X dans le O de mon surnom

 

Attention, ce site utilise l'image, les personnages, les logos et le nom de la série The X-Files dans un but non lucratif.  The X-Files est  ™ et ©, tous droits réservés à la Twentieth Century Fox Film Corporation. Le site officiel est : http://www.thex-files.com